Monterosso al Mare

A l’ouest de la région, relativement récent (vers 1900 envirov), le bourg de la Fegina se situe entre le promontoire de Mesco et le mont des Cappuccini. A l’extrémité ouest, un tout petit port entouré de maison en pierre, dominé à l’entrée par la statue imposante de Neptune, normalement appelée « le géant », costruite autour de 1910 par Arrigo Minerbi de Ferrare. Aujourd’hui, le petit port accuille le Cercle Nautique avec son école d’inititiaone à la voile. L’hiver , il abrite le bateaux des pêcheurs. A quelques dizaines de métres derrière le géant, nous trouvons la villa qui appartenu au poéte Eugenio Montale, prix Nobel de la littérature 1975. C’est dans cette demeure et dans ses jardins de citronniers qui descendent vers le mer que voit le jour, vers 1925, la grande oeuvre littèraire « Ossi di seppia »:

« Meriggiare pallido e assorto presso un rovente muro d’orto, ascoltare fra i pruni e gli sterpischiocchi di merli, frusci di serpi »

Revenons sur la promenade et prenons à Lìouest. A notre gauche, le petite église baroque consacrée à naissance de la Sainte Vierge (Santa Maria Nascente). A droite, une longue plage de sable fin nous mène au roc du « Ma Passù », avant d’arriver aupetit promotoire qui sépare le bourg de Fegina du centre historique. A pic sur le mer la « Torre Aurora » nous accueille dans son imposante costruction en pièrre, érigée au 16e s., puor défendre la région des incursions pirates des sarrasins. A gaughe, un long escalier nous améne au mont des capucins où nous dècouvrons, dans une position des plus panoramiques et des plus suggestive le couvent des capucins avec sa belle façade bicolore, costruit au 17 e s. L’intérieur conserve de trés beaux tableaux de Cambiaso , de Bernardo Castello, de Bernardo Strozzi en plus d’une remarquable crucifixion atribuée à l’école de Van Dick. Réussir a visitér – si la chance nous sourit de tomber sur le père gardien – le Cloître et le Jardin potager du Paradis et jeter, d’ici, un coup d’œil sur la baie, est une experience inoubliable.

En aval du mont, le centre historique. L’ancien bourg est serti entre le port qui accueille les bateaux de pêcheurs et les bateaux pour les balades en mer et sa plage aménagée gratuite. le roc du Corone a été un point important de guet et de défense pendant la guerre 1915-1918. En amont du bourg, nous admirons la vallée du Morione avec ses incomparables jardins de citronniers. Plus a l’ouest, le Castrum Médiéval avec ses témoignages et les restes de murs anciens que nous observons su le col du cimetière de S.Cristofero.

A l’intérieur, partant de la place, nous trouvons la loggia du presbyére et plus loin, l’église paroissiale de St-Jean Baptiste, érigée initialement entre 1200 et 1300, en style gothique ligurien, puis complétée à l’époque baroque. Elle comprend trois nefs, une façade bicolore particulièrement belle et la grande rosace ajourée au-dessus du portail ogival. Une trés belle lunette accuille la fresque du baptême du Christ. Le grand beffroi crénelé costruit au 15e s.est en fait la surélevation d’une vieille tour de guet.

Les petites fenêtres jumeléesde l’époque présentent un intérêt certai. A droite de l’église, l’oratorie de la Morte ed Orazione conserve la statue de S.Antonio Abate provenant, semble-t-il d’un convent détruit sur la pointe du Mesco.

Aujourd’hui, l’oratorie accuille la Confrerie des Noirs.

Longeant le petit chemin vers le nord, nous découvrons la partie la plus acienne du bourg, avec ses dédales et ses vieilles maisons en pierre et cailloux. A droite, une toute petite ruelle monte vers les vergers et les oliveraies. Nous y trouvons l’oratorie de S.Croce qui accueille Confrerie des Blancs.

 Cinq Terres

A l’éstremité est de la Riviera ligurienne, la nature et l’histoire nous on légué, cachés et protégés par de petites criques, les bourgs des « Cinque Terre ». Un paysage dans son esemble unique au monde passé, depuis 1998, sous la protection de l’UNESCO en tant que patrimonie de l’humanité.

Une nature libre, un maquis méditerranéen absolutament essentiel, une merveilleuse composition dans laquelle de précieuses mosaiques aux mille nuances er de vielles maisons aux coleurs typiques accrochées aux rochers abrupts qui tombent à pic dans la mer ou posées sur des collines à la fois sauvages et accueillantes, s’amusent à toucher le ciel et à nous dèvoiler les terrasses » faites de remblai retenu par des murs pierres sèches ».

Ancien travail de l’homme qui se perd dans la nuit des temps, l’homme de ces terres, l’habiué a vivre, à marcher er à se deplacer sur des falaises vertigeneuses et des collines escarpées et qui pour survivre a dù « voler » l’espace.

Ces ceuvres d’ingènieire paysanne nous pourrions les appeler « l’architecture de la terre ». Elles sont faites par l’homme, pour lui permettre de cultiver sa vigne, ses olives, ses fruits. Cette agriculture qui nourrit ces populations est, parallèlement à l’art ancien de la pêche pratiquée dans une mer non contaminée , la grande force de ce territoire. C’est cette force qui nous a donné, au prix de mille sacrifices, le trés réputé vin blanc « cinque terre » actuellement vin d’appellation d’orifine contrôlée, ou encore le « sciacchetrà », l’élixir des dieux- c’est ainsi que l’appelaient les anciens Romains -. Elle nous a donné aussi une huile à l’arome exceptionnel et, bien sûr, les anchois, plus réputés encore si possible.

Tout cela a aidé les anciens habitants à survivre jusqu’à nos jours mais plus encore à nous offrir, dans paysage d’une rare beauté et une nature particulièrement interéssante, les cinque terre.

La création du parc naturel et du parc marin pour le nouveau visiteur inirié représente la possibilitéde se plonger dans des aventures spectaculaires, en mer et sur la terre, de paresser merveilleusement dans tranquillité des calanques que seules les vagues qui s’y brisent viennent troumbler, de se balader tranquillement sous les arcades, à la découverte des activités artisanales de vieilles activitésde la terre et de la mer – ou de se mettre encore plus simplement à la recherche d’un bistrot pour y déguster les anchois et le vin blanc des Cinque Terre.

Copyright 2016 | HOTEL BAIA | P. IVA 00869960112 | Note Legali & Privacy Policy | Cookie Policy